Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une contribution de notre camarade Franck sur l'Entreprise

Publié le par Parti Socialiste de Saint Pol sur Mer

Vous trouverez ci dessous la contribution de notre camarade Franck suite à notre débat très intéressant que nous avons eu lors de notre réunion de section.

 

" La défense ou la promotion de l’entreprise n’est pas incompatible  avec le socialisme.


Il serait de bon ton pour certains courants à gauche d’assimiler les entreprises à ces patrons cupides qui les dirigeraient. Quand il est question d’aides aux entreprises les mêmes raillent ces « cadeaux » que l’on fait à ces patrons qu’on imagine encore coiffés d’un chapeau haut de forme et cigare aux lèvres, et qui n’auraient pour seul objectif que de récupérer cette manne à leur profit personnel ou pour remercier grassement les actionnaires sous forme de dividendes généreux.


Disons-le d’emblée, je ne pense pas que tous les patrons sont des dirigeants éclairés et respectueux des salariés. Certains chefs d’entreprises ont, par le passé montré qu’ils pouvaient se comporter comme des voyous ou comme des incompétents, voire les deux. Par contre je ne crois pas à cette classification de principe qui verrait le patron comme un pourri et le salarié comme une victime de ce dernier.


Pierre Mauroy disait « le mot ouvrier n’est pas un gros mot ». On pourrait ajouter que l’entreprise non plus. L’entreprise c’est l’assemblée de salariés (ouvriers, techniciens, cadres, ingénieurs) et d’un ou plusieurs dirigeants (cas des directoires par exemple). Les actionnaires sont en général en dehors de l’entreprise mais ils peuvent être également salariés ou dirigeants. Ces propriétaires de l’entreprise ont donc un lien avec l’entreprise mais ils ne sont pas forcément l’entreprise. Aider une entreprise c’est donc aussi aider les salariés à condition que l’aide fournie soit bien utilisée. Critiquer l’aide à priori est une erreur, critiquer leur mauvaise utilisation a plus de sens.


En tant que socialistes nous souhaitons que la société permette à chacun de s’épanouir.  Cet épanouissement est possible de plusieurs manières en étant salarié ou pas mais l’entreprise offre des perspectives évidentes de dépassement de soi, de partage avec les autres, d’expression de ses talents pour son entreprise ou ses clients. L’entreprise peut et doit s’inscrire dans ce panel diversifié de lieux d’épanouissement. C’est ce qui la rendu nécessaire et vivante depuis toujours.


Les socialistes ont donc vocation à la promouvoir et à la défendre. Mais pas sous n’importe quelle forme. Je n’ignore pas que des salariés vivent péniblement ou souffrent dans leur entreprise. Je n’ignore pas que certains dirigeants ou certains actionnaires voient dans l’entreprise une source  de profit personnel. Mais je suis persuadé que nous pouvons ou devons promouvoir cette entreprise respectueuse  de ses salariés, de ses clients et de l’environnement. Il faut donc que le modèle économique et financier qui fonde l’entreprise soit plus proche de celui qui prédomine dans l’économie sociale et solidaire. Fini les exigences de retour sur capitaux engagés autour de 15-20 % ! Fini les dividendes exorbitants au détriment du salaire et/ou de l’investissement ! Oui à  une participation plus active des salariés dans les décisions de l’entreprise ! Oui à un syndicat mobilisé et constructif ! Oui à un partage équilibré des bénéfices pour les salaires et les investissements !


L’entreprise n’a pas pour finalité la recherche du profit à tout prix. Elle a, contrairement à  ce que pensent et clament les libéraux, une finalité sociale. Sociale dans l’entreprise mais sociale aussi à l’extérieur dans ce qu’elle peut contribuer au développement harmonieux de la société. Si ça ce n’est pas notre idéal socialiste."

 

 


Commenter cet article